Les types de pêche pratiqués au port de Capbreton et dans les autres ports du quartier maritime de Bayonne.

    Prev
    Next

    Pêche aux filets

    Il existe de nombreux types de filets.
    D’une manière générale, un filet est constitué d’une ou plusieurs nappes rectangulaires maintenues verticalement entre deux eaux par des lests sur sa partie inférieure et des flotteurs sur sa partie supérieure.
    C’est un art « dormant ».
    Selon les espèces recherchées, le filet peut être fixe ou dérivant et positionné plus ou moins proche du fond. La hauteur et la taille des mailles du filet dépendent des espèces recherchées.

    Principales espèces capturées : merlu, sole, bar, rouget barbet, maigre, …

    Pêche à la bolinche

    La bolinche, ou senne tournante, est un filet tournant coulissant.
    Tiré du navire, ce filet permet d’encercler un banc de poissons.
    Un filin glissé à l’aide d’anneaux dans la partie inférieure du filet est ensuite tiré. Celui-ci forme alors une poche dans laquelle le banc de poissons se trouve prisonnier. Le filet est ensuite ramené le long du bateau.
    Les poissons, capturés vivants, sont amenés à bord du navire à l’aide de grandes épuisettes appelées salabardes.

    Principales espèces capturées : espèces pélagiques (anchois, sardine, sprat, thon, …)

    Pêche aux casiers, nasses, …

    Il n’y a pas de véritable caseyeur sur le port de Capbreton mais plusieurs fileyeurs et ligneurs – palangriers polyvalents travaillent aussi aux casiers.

    Principales espèces capturées : tourteau, crabe, seiche, araignée, étrille, homard, …

    Pêche au chalut classique

    Les chaluts sont de grands filets en forme de cône ou d’entonnoir dont la taille des mailles diffère selon les espèces ciblées.
    Le chalut de fond est traîné au fond de la mer (art « traînant »).
    Son ouverture est assurée par 2 lourds panneaux latéraux en métal.
    Le chalut est tiré par 1 ou 2 navires (on parle alors de « pêche en bœuf »).

    Principales espèces capturées : merlu, baudroie, merlan, sole …

    Pêche au chalut pélagique

    Le chalut pélagique est tiré entre 2 eaux entre la surface et le fond par 1 ou 2 navires (on parle alors de « pêche en bœuf »).
    C’est aussi un art « traînant ».

    Principales espèces capturées : anchois, sardine, chinchard, maquereau, thon germon, …

    Pêche aux lignes et palangres

    La palangre est une ligne dormante sur laquelle sont fixés sur toute sa longueur des avançons (ou bas de ligne) munis d’hameçons appâtés.
    C’est un art « dormant ».
    Cette ligne peut être de fond ou de pleine eau selon qu’elle est maintenue au fond par des lests, munies de flotteurs ou dérivantes en surface en fonction des espèces recherchées.

    Principales espèces capturées : merlu, bar, daurade royale, sar, congre, …

    Pêche au thon à la canne

    La pêche thonière à la canne est pratiquée pour la capture des thons rouges lorsque ceux-ci sont en bancs à la surface de l’eau. Le banc repéré est d’abord fixé sous le bateau ou à proximité en jetant de l’appât vivant (appelé localement peïta) constitué de petits poissons d’espèces pélagiques telles que anchois, sardines ou chinchards.
    Les poissons sont capturés à l’aide de cannes de 3 à 6 m de long amorcées avec de petits poissons.
    Pendant toute la pêche, les thons sont maintenus en surface en les excitant par des jets d’eau envoyés du navire. L’envoi de ces jets d’eau permet également de masquer l’activité des pêcheurs sur le navire.

    Principale espèce capturée : thon rouge